Coaching & Equicoaching
newsletter janvier 2021

L’estime de soi

La définition de l’estime de soi est à la fois simple et complexe.

  • Simple parce qu’il s’agit de l’appréciation que j’ai de moi-même au plus profond de moi
  • Complexe parce qu’elle se subdivise en plusieurs composantes dans un équilibre subtil et mouvant et qu’elle est la somme des plusieurs estimes de soi : personnelles, professionnelles, familiales, sociales etc …

Les composantes de l’estime de soi sont de l’ordre de 4 :

  • Image de soi
  • Amour de soi
  • Acceptation de soi
  • Confiance en soi

L’image de soi et l’amour de soi

L’image de soi et l’amour de soi ne sont absolument pas liés à une quelconque performance, puisqu’il s’agit de la capacité à s’évaluer et à s’aimer quelque que soit les défauts et les limites que l’on peut avoir.

Cette capacité est intimement liée à l’amour inconditionnel donné par la famille, amour qui la nourrit pendant la petite enfance.

Ces deux premières composantes sont le socle de l’estime de soi et ce sont souvent les plus difficiles à rattraper.

Si vous avez un niveau très bas d’amour de vous-même, il peut être nécessaire de faire une psychothérapie.

Dans tous les cas, un travail de fond doit se faire avec une conseillère en image (je vous rassure il n’y a pas que Cristina Cordula !!) qui va vous permettre de vous accepter et de mettre en valeurs vos atouts et de gommer vos défauts.  Cela passe par la compréhension de la signification des couleurs, de savoir les harmoniser, de connaitre celles qui vous vont au teint (et donc connaitre celles qui vous donnent l’air malade, même maquillée !!).

Et bien sûr, la fameuse morphologie… tu es un H, tu es un 8, tu es un V, ma chériiiie .

Comme tout un accompagnement, travailler son image de soi est un tout : des couleurs, aux vêtements, en passant par la couleur & coupe de cheveux et les lunettes !

L’acceptation de soi :

L’acceptation de soi correspond au regard que l’on porte sur soi même et qui se traduit par les ambitions et les projets que l’on tente de réaliser et notre résistance aux obstacles.

Elle aussi trouve son origine dans notre passé puisqu’elle est liée aux attentes et aux projections des parents sur l’enfant. Le manque d’acceptation de soi se traduit le plus souvent par un conformisme et un manque d’audace.

Le manque de persévérance dans ses choix personnels est souvent synonyme d’une méconnaissance de ses besoins, de ses valeurs.

En coaching, c’est toujours les premières étapes que je travaille avec mes clients. Comment voulez vous avancer vers un objectif quel qu’il soit, si vous ne savez pas qui vous êtes ?

Valeurs, besoins satisfaits, non satisfait, drivers, des outils qui permettent d’identifier le socle de notre personnalité notamment à travers la signification de chaque mot employé.

Dans les valeurs souvent usitées, on retrouver l’amitié, l’amour et la famille. Mais que mettez-vous derrière ces mots ?

Pour une de mes clientes, la famille correspondait à l’amour & la loyauté qu’elle portait à son mari et ses enfants, pour une autre, il s’agissait de la famille au sens élargie (sœurs, frères, cousins, tantes, oncles, grands-parents). Une troisième a mis tout ce petit monde dans le mot amour : oui pour elle l’important c’est l’amour qu’elle donne et qu’elle reçoit de sa grande famille.

A chaque personne ses valeurs et à chaque personne la signification de ses valeurs.

La confiance en soi

La confiance en soi est notre capacité à agir de manière adéquate dans les situations importantes ou de stress.

Elle nous permet de nous adapter à différentes situations et de ne rien lâcher ! Elle provient essentiellement du mode d’éducation qui nous a été prodigué, que ce soit en famille ou à l’école mais elle est aussi liée à notre passé de manière générale et des échecs auxquels nous avons été confrontés.

En équicoaching, le face à face entre l’homme (ou la femme) avec le cheval est puissant d’enseignement. La connexion avec le cheval est de l’ordre de l’énergétique, le cheval ressent donc toute fluctuation de cette énergie. Lors d’un exercice où le coaché demande une action au cheval, celui ressent immédiatement la conviction et la persévérance mise dans cette demande. Plus cette énergie fluctue, plus le cheval regarde son humain d’un air plus ou moins intéressé, étant distrait pour le moindre petit bruit (oh un oiseau, oh un copain poney qui passe, oh un tracteur au loin) et ne réalisant pas l’action demandée.

On transpose très bien dans le domaine professionnel à une demande floue faite à un collaborateur, qui écoute d’une oreille distraite, regarde son téléphone ou ses mails et qui effectuera l’action peut être, un jour, quand il y pensera ou quand il aura envie. Le demandeur devra alors redemander, voir s’énerver pour faire aboutir sa demande… que d’énergie dépensée !

Le manque de confiance en lui du communiquant implique un manque de conviction et de clarté. Conséquence : manque de concentration et peu d’action de la part de celui qui reçoit le message

L’équicoaching développe la confiance en soi et permet une prise de conscience forte.

Vous avez aimé cette newsletter ?

Avec Anne-Laure Thuau, conseillère en image de AL Style, nous vous préparons un webinar sur l’estime de soi pour la dernière semaine de février.

Je vous en dis plus dans une prochaine newsletter !

A bientôt